Pages Navigation Menu

Blog pour tous les passionés de l'automobile

DATAFIRST – DÈS 2019, VOLVO COMPTE PRODUIRE UNIQUEMENT DES VOITURES HYBRIDES ET ÉLECTRIQUES

DATAFIRST – DÈS 2019, VOLVO COMPTE PRODUIRE UNIQUEMENT DES VOITURES HYBRIDES ET ÉLECTRIQUES

Volvo : le plus vert des constructeurs ?

Volvo dit adieu aux motorisations essence et diesel pour 2019

L’annonce a fait l’effet d’une bombe : Volvo compte dire adieu aux motorisations diesel et essence traditionnelles à partir de 2019. Dans un monde où le pétrole est roi depuis maintenant un siècle, cette ambition est une véritable révolution. Désirant miser uniquement sur l’électrique et l’hybride rechargeable, le constructeur suédois compte bien être un précurseur de l’automobile verte de demain. Mais les automobilistes sont-ils prêts pour ce changement ? Éléments de réponse.

Volvo, un constructeur dans l’air du temps

Durant l’été 2017, Volvo a surpris son monde en annonçant ne plus vouloir produire de véhicules essence et diesel à compter de 2019. Si cette ambition a de quoi surprendre à première vue, elle est pourtant plus que jamais dans l’air du temps. En effet, avec l’entrée en vigueur d’une nouvelle législation européenne prévoyant de réduire les taux de CO2 tolérés, l’heure est au développement de motorisations plus propres. Un constat que le constructeur suédois semble avoir bien compris. Le PDG de Volvo Cars est d’ailleurs très clair à ce sujet : pour lui, les coûts pour inventer une nouvelle génération de moteurs thermiques sont trop importants au vu des réglementations qui deviendront de plus en plus strictes. Alors que le taux de CO2 des véhicules ne devra pas dépasser 95 gr/km en 2021, il est même prévu que les émissions ne soient pas supérieures à 78 grammes par kilomètre d’ici 2025. Autant dire que les investissements nécessaires pour atteindre ces objectifs vont être colossaux. L’anticipation du groupe suédois paraît donc pour le moins opportune.
Les ambitions environnementales des principaux pays européens à plus ou moins long terme semblent également donner raison à Volvo. Rappelons par exemple que la France désire interdire la production de véhicules essence et diesel à partir de 2040. C’est d’ailleurs la même échéance en Angleterre. Si la date butoir est annoncée à 2030 en Suède et en Allemagne, la Norvège compte stopper la commercialisation de véhicules thermiques dès 2025. Plutôt que de subir ces futures réglementations au fur et à mesure, Volvo fait donc le choix de les devancer. Mais à n’en pas douter, il sera le premier constructeur d’une longue série à passer au vert.

L’objectif de Volvo pour 2019 : 100% de véhicules électrifiés

Racheté en 2010 par le constructeur chinois Geely, Volvo a depuis commencé sa propre révolution. Conscient des enjeux environnementaux auxquels le secteur de l’automobile devra se plier, le constructeur suédois a changé sa politique depuis maintenant 7 ans. Pour preuve, la firme de Göteborg a déjà dit adieu à ses motorisations les plus polluantes, à savoir celles à 5 et 6 cylindres. Mais en annonçant ne vouloir produire que des moteurs hybrides et électriques d’ici 2019, Volvo est passé à la vitesse supérieure. Mais que se cache-t-il derrière cet objectif ?
Il faut tout d’abord nuancer cette annonce étant donné que Volvo ne compte pas produire uniquement des véhicules 100% électriques, mais bien des véhicules électrifiés. En d’autres termes, cela signifie que l’essence et le diesel seront toujours utilisés à compter de 2019 mais ils ne serviront plus de combustible principal au sein des moteurs. Concrètement, le groupe suédois ambitionne de produire 5 voitures 100% électriques entre 2019 et 2021. Tandis que trois seront commercialisées en nom propre, deux autres intégreront la gamme Polestar, la filiale de Volvo spécialisée dans les voitures électriques de haute performance et qui s’affirme comme la principale concurrente de Tesla. Outre ces 5 voitures électriques, Volvo produira aussi plusieurs véhicules hybrides rechargeables, fonctionnant à l’essence ou au diesel. Enfin, la gamme du constructeur sera complétée par des modèles dotés de ce qu’on appelle une « hybridation légère » . Il s’agit d’une motorisation associant le thermique et l’électrique mais dont le moteur électrique n’est pas destiné à propulser la voiture.
L’essence et le diesel n’auront donc pas complément disparu de la gamme Volvo à compter de 2019. Mais malgré cela, la filiale de Geely fait passer un message fort à travers cet objectif : les motorisations thermiques traditionnelles sont plus que jamais sur le point de disparaître au profit de solutions plus respectueuses de l’environnement. Faut-il encore que les automobilistes, notamment européens, soient eux aussi prêts à franchir le pas.

Voiture électrique et hybride rechargeable : les automobilistes sont-ils prêts ?

Si pour le moment il est impossible de dire si l’objectif de Volvo va être couronné de succès ou non, le constructeur se montre lui très serein. En effet, il compte vendre au minimum un million de voitures électriques avant 2025. Un projet pour le moins ambitieux puisque le monde ne compte qu’un peu plus de 2 millions de véhicules propres (100% électrique et hybride rechargeable) à l’heure actuelle. De plus, la part de véhicules dits propres est encore très réduite. En 2016, seulement 203 000 véhicules électriques et hybrides rechargeables ont été écoulés en Europe. Une goutte d’eau quand on compare ce résultat au nombre total de voitures commercialisées sur le Vieux Continent (15 millions).
Pourtant, différents éléments laissent à croire que l’entreprise de Volvo pourrait s’avérer payante. Outre la hausse de 10% du nombre de ventes de véhicules propres en Europe en 2016, les futures législations environnementales vont certainement marquer la fin des motorisations traditionnelles. Le développement de la voiture autonome devrait, lui aussi, favoriser l’émergence de moteurs plus respectueux de l’environnement. Quant aux différents scandales à répétition qui frappent le monde automobile, à l’image de l’affaire des moteurs truqués de Volkswagen, ils vont à n’en pas douter finir de convaincre les automobilistes. Autant de raisons qui amènent à penser que Volvo fait le bon choix en misant à court terme sur l’électrique et l’hybride rechargeable. Il ne reste plus qu’à voir si d’autres constructeurs lui emboitent le pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *