Pages Navigation Menu

Blog pour tous les passionés de l'automobile

Contrôle Technique Automobile : ce qui change en 2018

Contrôle Technique Automobile : ce qui change en 2018

Avant de vous en dire plus sur notre nouveau contrôle technique automobile, rappelons tout d’abord, en quoi consiste ce contrôle :

Il est tout obligatoire pour la vente d’un véhicule, mais aussi mis en place par les pouvoirs publics afin d’éviter que les véhicules qui ne respectent pas les normes de sécurité ne circulent dans le territoire français.

Il concerne tous les véhicules de moins de 3.5 tonnes, âgés de 4 ans et il doit être renouveler tous les 2 ans.

Si vous venez à vendre votre véhicule, le contrôle technique doit dater de moins de 6 mois (pas plus) dans le cas contraire, il vous sera demander d’effectuer ce contrôle pour valider la vente.

Le Contrôle Technique concerne 124 points de contrôle dont 72 sont à corriger avec l’obligation d’une Contre-Visite de vérification.

Le contrôle technique de votre véhicule est réalisé par un contrôleur technique agréé par la Préfecture. Il vérifie, sans aucun démontage, les organes essentiels de votre véhicule liés à la sécurité et à l’environnement.

 

Mais alors qu’est-ce qui change en 2018 ?

A compter du mois de mai, il ne s’agira plus de 124 points de contrôle mais 132 pour 606 défaillances.

Certaines de ces défaillances devront être résolues dans les 24 heures sous peine d’une amende d’un montant de 135€.

Trois catégories de défauts seront notées :

  • Des défaillances dites mineures (139) sans aucune obligation de réparation,
  • Des défaillances majeures (340) entraînant une contre-visite, l’automobiliste disposant de 2 mois pour effectuer les réparations,
  • Les défaillances critiques (127) entrainant l’interdiction de circuler.

Pour les défaillances critiques, il vous faudra les faire corriger dans la journée. Ou celui-ci ne pourra pas être utilisé dès le lendemain.

Quelques exemples de défaillances classiques :

Pour un mauvais éclairage de plaque, l’automobiliste sera contraint à un second passage de contrôle.

Si votre véhicule présente « une mauvaise visibilité fortement entravée dans le champ de fonctionnement de l’essuie-glace », celle-ci devra être corrigée dans la journée.

Un voyant allumé sans raison sur le tableau de bord, un mécanisme de réglage ou un point de corrosion perforante ne feront pas l’objet d’un signalement mais d’une réparation et vous obligera à revenir au contrôle.

Si l’automobiliste ne trouve pas de garagiste pouvant intervenir rapidement sur le véhicule, il sera contraint « d’abandonner » son véhicule.

C’est pourquoi votre garagiste ou un autre mécanicien professionnel vous conseillera d’effectuer les travaux avant le passage au contrôle technique ou alors de réaliser un check-up complet par le professionnel avant le passage chez le contrôleur.

Bien entendu et cela ne va pas plaire à tout le monde. Attendez-vous à une augmentation du tarif du contrôle technique…

Si vous ne voulez pas avoir votre véhicule immobilisé. Nous vous conseillons de faire diagnostiquer préventivement votre automobile par un professionnel de la mécanique automobile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *